Fonds Ninepoint de santé alternative

Commentaire de d’août 2019

Avec un sentiment d’absence de risque sur l’ensemble des marchés durant les mois d’été, le rendement des actions était particulièrement faible dans le secteur du cannabis. En plus de la position de prudence globale du marché, le secteur du cannabis a été alourdi par des préoccupations réglementaires et des changements à la haute direction de deux des plus grands producteurs licenciés du Canada. Ces périodes de faiblesse démontrent qu’avoir une approche de gestion active peut aider les investisseurs à éviter de façon proactive certaines baisses. Au cours du mois d’août, le Fonds a connu une baisse de 5,19 % en comparaison au HMMJ dont la baisse était de 12,75 % pour ce mois. Ces périodes de faiblesse sont difficiles, mais elles doivent être vues dans une perspective de croissance à long terme du capital que le Fonds a obtenu et de l’incroyable occasion de placement qui se présente avec la croissance et la maturation du secteur du cannabis. En comparaison à la stratégie passive du fonds HMMJ, nous conservons nos gains, réduisons la volatilité et obtenons un meilleur rendement ajusté au risque.

Il est important de noter que plusieurs clients nous ont posé des questions concernant Canntrust. Nous avons vendu TRST en avril à la suite de résultats trimestriels décevants et la majorité de notre position dans la fourchette de 10 $ par action, bien avant les annonces du 8 juillet indiquant que Santé Canada avait découvert des salles de croissance illégales. L’action se négocie à présent autour de 2 $. Une autre mesure préventive a été la façon dont nous avons traité notre position dans Canopy Growth (WEED/CGC) au début de juillet, après le départ de Bruce Linton, son PDG. Nous avons cru qu’une baisse supplémentaire et des résultats trimestriels décevants étaient pour se produire. Nous étions bien en avance du carnage qui a touché le marché en général. WEED a chuté d’environ 40 % entre le début de juillet et la fin d’août. Ce ne sont que quelques avantages de la gestion active.

En étant conscients que les marchés boursiers n’étaient pas favorables aux entreprises du secteur du cannabis, plutôt que de reprendre d’anciennes positions importantes, nous avons augmenté notre pondération en liquidités et avons ajouté des titres qui ne sont pas dans le secteur du cannabis. Une société de santé et de condition physique qui a attiré l’attention de nos investisseurs est Planet Fitness (PLNT). Négociée à la NYSE, l’entreprise qui possède des centres de conditionnement physique offrant une variété de services d’entraînement en Amérique du Nord a présenté huit trimestres où la croissance des gains se situe dans les deux chiffres. L’action a presque doublé depuis que nous avons établi notre position au printemps 2018.
Nous avons également réduit notre position quant aux titres de sociétés de cannabis de premier rang des États-Unis et du Canada que nous possédons, nous avons gardé celles qui obtiennent des résultats plutôt que celles qui ne croissent que pour la croissance. Quant à la pondération, 60 % de notre pondération du Fonds dans le secteur du cannabis comprend des titres ayant des activités aux États-Unis (inscrites à la CSE). Nous discuterons de nos principaux titres dans la section des finances.

Perspectives pour le reste de l’année

Nous continuons de croire que l’automne amènera un meilleur rendement des actions dans ce secteur, particulièrement pour les entreprises américaines exerçant leurs activités dans de multiples États. La conclusion des examens en vertu de la loi HSR (loi antitrust américaine) devrait agir comme un important catalyseur, car l’autorisation d’une ou de deux opérations de fusion et d’acquisition enverra un signal que le reste des transactions bloquées pourraient être conclues. L’adoption de lois comme la SAFE Act devrait également être avantageuse pour le secteur, car elle réduirait les coûts liés à la conformité et aiderait les entreprises avec un coût de capital réduit, car elles auraient un meilleur accès aux banques.

Du côté canadien, nous croyons qu’il y aura un plus grand intérêt envers le secteur avec l’arrivée de la deuxième phase de la légalisation, car l’attention du marché se tournera davantage sur les occasions qu’offrent les produits de cannabis 2.0. Nous croyons que nos principaux titres canadiens sont en bonne position pour être compétitifs dans ce marché en évolution.

Réglementation américaine

Nous envisageons un meilleur accès aux marchés avec l’adoption de la loi agricole américaine et de l’annonce par la Drug Enforcement Administration (DEA) que le chanvre (y compris les plants de chanvre et le cannabidiol contenant moins de 0,3 % de THC) n’est plus une substance contrôlée et qu’un enregistrement auprès de la DEA n’est plus requis pour en faire pousser ou en faire l’étude. La loi agricole américaine de 2018 représente une étape importante pour que le cannabidiol soit exclu de la Controlled Substances Act; cependant, la DEA n’a précédemment pas affirmé la légalité du chanvre, par conséquent, il règne une certaine confusion quant au statut légal de la plante.

Grâce à la SAFE Act, nous percevons des catalyseurs à court terme pour les entreprises américaines exerçant leurs activités dans de multiples États puisque les législateurs de Capitol Hill considèrent la loi sur le chanvre et le cannabis dans le cadre d’une législation fédérale combinée concernant le financement bancaire avec l’approbation du sénat contrôlé par les républicains. Si l’on tient compte du fait que Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine, est le sénateur d’expérience du Kentucky et que cet État est au centre de la culture du chanvre aux États-Unis, il n’est pas surprenant qu’il existe une volonté de faciliter l’accès aux banques et au financement pour les cultivateurs de cette plante. La loi agricole américaine visait à offrir aux cultivateurs de chanvre la possibilité d’avoir des activités dans tout le pays; toutefois, les progrès sont limités par un manque d’information sur la façon de traiter le chanvre, étant donné que les cultivateurs de chanvre n’ont pas de feuille de route efficace leur permettant de faire face aux institutions financières régies par la FDIC. Sans une feuille de route, le manque actuel de clarté pourrait forcer les républicains au Congrès à adopter la loi. Dans le cadre d’une année électorale, nous croyons qu’étant donné que 33 États constituent déjà des marchés médicaux légaux en exploitation, il existe un appui populaire pour ce genre de lois.

Résultats financiers des entreprises canadiennes

Au cours du mois d’août, plusieurs des dix meilleurs titres du Fonds ont présenté leurs résultats trimestriels. Notre équipe était heureuse de nos principaux titres puisque tous les résultats des entreprises étaient positifs. Nous tenons à souligner Village Farms (VFF) et MediPharm (LABS).

Village Farms (VFF) a publié de solides résultats au deuxième trimestre de 2019, puisque les ventes globales des fruits et légumes frais dans son volet des légumes traditionnels ainsi que celles dans son volet de cannabis ont totalisé 41,3 millions de dollars américains et les bénéfices par action se sont accrus pour atteindre 0,20 $ US. Le BAIIA de VFF s’est amélioré pour atteindre 4,6 millions de dollars américains dans l’ensemble, ce qui comprend sa division cannabis au Canada : la coentreprise Pure Sunfarms a généré 12,6 millions de dollars canadiens pour VFF.

La coentreprise Pure Sunfarms, qui est l’installation de culture de 1,3 million de pieds carrés à Delta, en Colombie-Britannique (VFF en détient 50 %), a généré des revenus de 32,4 millions de dollars canadiens, soit une hausse par rapport aux 14 millions de dollars canadiens du trimestre précédent. La coentreprise Pure Sunfarms a produit le troisième plus grand revenu net trimestriel de toutes les sociétés en commandite canadiennes; elle est devancée seulement par WEED et Aurora Cannabis (ACB). La marge brute était de 84 %, le coût des biens vendus par gramme a baissé d’environ la moitié par rapport au trimestre précédent pour atteindre 0,65 $ par gramme. La marge BAIIA était de 78 %, ce qui fait que PSF a produit 25,2 millions de dollars de BAIIA (VFF en retire 50 %).

La majorité des revenus durant le trimestre provenait de la vente en gros de l’huile de cannabis dans le cadre du programme de la marque privée de l’entreprise. Ce sont 95 % des revenus générés durant le trimestre qui découlaient des ventes à cinq clients externes, chacun d’eux représentant plus de 10 % des revenus totaux.

MediPharm Labs (LABS) a publié de bons résultats financiers au deuxième trimestre, le quatrième revenu trimestriel le plus important publié parmi les entreprises canadiennes du secteur du cannabis. Les revenus au deuxième de 2019 étaient de 31,5 millions de dollars, soit une hausse de 43 % par rapport au trimestre précédent, et supérieurs au consensus de 27 millions de dollars. Les ventes d’huile de cannabis et de concentré en vrac représentent 98,6 % des revenus du trimestre, le reste provient de la transformation et d’autres sources. La marge brute du deuxième trimestre de 2019 de l’entreprise était de 36 %, en hausse par rapport à 31 % du trimestre précédent, tandis que le BAIIA ajusté était de 7,7 millions de dollars, une hausse par rapport aux 4,3 millions de dollars au premier trimestre, des résultats qui dépassent les prévisions consensuelles de 4,5 millions de dollars.

Comme plusieurs investisseurs le savent, il y a très peu de producteurs canadiens dans le secteur du cannabis qui présentent des résultats positifs. Lorsque les marchés sont agités, nous croyons que posséder les titres les plus profitables permet de traverser la tourmente.

Résultats financiers des entreprises américaines

Les résultats financiers trimestriels de plusieurs des entreprises exerçant leurs activités dans de multiples États étaient très différents de ceux de la majorité des sociétés en commandite canadiennes qui avaient de la difficulté à avoir des flux de trésorerie positifs. Compte tenu du manque de rentabilité observé chez la plupart des sociétés en commandite canadiennes, nous continuons de constituer notre répartition du secteur du cannabis avec des titres américains puisque le chemin de la rentabilité, le marché potentiel plus vaste, la capacité d’établir la marque d’un produit et de le commercialiser permettent aux entreprises exerçant leurs activités dans de multiples États de créer de la valeur et prendre des parts du marché de façon rentable. Nous avons porté notre attention sur deux des plus importants titres que nous détenons; ils génèrent une forte croissance et un flux de trésorerie positif, tout en augmentant leur présence aux États-Unis.

Les ventes nettes de Curaleaf (CURA) au deuxième trimestre de 2019 ont été de 48,5 millions de dollars, soit une hausse de 38 % par rapport au trimestre précédent, et sont conformes au consensus de 49 millions de dollars. Un BAIIA de 3,3 millions de dollars était bien supérieur au consensus de 0,4 million de dollars, et ce, malgré une perte au premier trimestre de 3,7 millions de dollars. Les revenus pro forma du deuxième trimestre, y compris les revenus découlant des opérations de fusion et d’acquisition en attente, sont d’environ 440 millions de dollars annualisés, c’est environ 40 % de plus que son plus proche concurrent dans les entreprises exerçant leurs activités dans de multiples États.

Le gain du BAIIA de CURA au deuxième trimestre découlait de la croissance des ventes en Floride, où nous estimons qu’elle maintient la deuxième position du marché après TRUL, au New Jersey, où elle continue de dominer le marché et en Arizona, où elle est en deuxième position après HARV. Ce qui a contribué beaucoup à générer son flux de trésorerie est l’amélioration de son levier d’exploitation avec des frais de vente, frais généraux et dépenses administratives en hausse de 4 % par rapport au trimestre précédent, tandis que les revenus étaient en hausse de 38 %. La plateforme d’exploitation pour le lancement national de cette entreprise commence à générer des économies d’échelle, sans l’apport d’importants capitaux supplémentaires pour soutenir la croissance à l’avenir, ce qui pourrait générer un très bon potentiel de marge futur. Si nous ajoutons les magasins provenant des opérations de fusion et d’acquisition annoncées qui sont attente, Curaleaf possède près de 70 magasins de détail ouverts actuellement dans environ 19 États et a la possibilité d’étendre sa présence dans la vente au détail avec 131 magasins à l’ensemble du pays.

L’entreprise a offert des indications pro forma pour l’exercice 2020 comportant des revenus de 1 à 1,2 milliard de dollars, ce qui représente la perspective de revenu la plus élevée publiée jusqu’à présent. Nous avons noté que cela excluait les contributions provenant de la vente à des fins récréatives de l’Illinois, où se situe le siège social de Grassroots. Cinq autres magasins seront ouverts avant l’arrivée de la nouvelle concurrence, conformément aux lois régissant l’utilisation par les adultes qui favorisent les entreprises déjà établies. Les indications de revenus sont soutenues par les acquisitions de CURA (GR et Select) en attente qui représentent une importante expansion, elles feraient passer la production de 1,3 M de pieds carrés en 2019 à 2,3 M de pieds carrés en 2020. Les indications de CURA pour le BAIIA pro forma avoisinent plus de 30 % en 2020.

Green Thumb Industries (GTII) a également annoncé des résultats pour le deuxième trimestre qui dépassent les estimations des analystes, soit des revenus nets plus élevés et des flux de trésorerie plus importants, car l’entreprise continue sa croissance grâce à une gestion efficace de l’application des licences, des acquisitions de choix et une expansion axée sur la vente au détail. Les revenus au deuxième trimestre étaient de 44,7 millions de dollars, dépassant aisément l’estimation des analystes de 39 millions de dollars, et le BAIIA ajusté était de 5,0 millions de dollars, dépassant également l’estimation des analystes de 0,2 million de dollars. Une plus grande utilisation des capacités et une tarification plus chère des produits haut de gamme ont généré des marges brutes atteignant jusqu’à 54,6 %. Les revenus provenant de la vente au détail de ses magasins RISE ont augmenté de 60 % par rapport au trimestre précédent (premier trimestre de 2019) tandis que les revenus de la distribution en gros ont augmenté de 70 % pour la même période, ce qui soutient la croissance de l’entreprise au Maryland, en Illinois et en Pennsylvanie. Les ventes des magasins comparables ont augmenté de 50 % pour les magasins ouverts durant le deuxième trimestre de 2018 et ont augmenté de 27 % pour les nouveaux magasins qui étaient ouverts durant le premier trimestre de 2019. En ce qui concerne sa croissance à court terme, durant la téléconférence, la direction a répété l’objectif d’atteindre sa cible de magasins de détail construits à la fin de 2019 de 35 à 40 magasins dans sa plateforme. L’entreprise compte désormais 31 magasins ouverts, y compris ceux provenant de la récente acquisition de licences à New York; le total de licences de la plateforme de GTII permet un total général de 95 magasins.

Stratégie d’options

En août, le Fonds a continué d’appliquer sa stratégie d’options pour améliorer ses rendements ajustés aux risques. Grâce à la volatilité du secteur du cannabis supérieure à la moyenne, nous sommes en mesure de générer d’importantes primes, tout en diminuant la volatilité globale du Fonds par rapport à son indice de référence sous-jacent.

Depuis la création du programme de vente d’options en septembre 2018, le Fonds a généré un revenu important à partir des primes d’options, soit plus de 2 millions de dollars. Nous continuerons à utiliser notre programme d’options pour rechercher des occasions attrayantes étant donné la volatilité supérieure à la moyenne du secteur. Nous continuons de croire fortement que la vente d’options peut ajouter une valeur croissante à l’avenir.

Au cours du mois, nous avons utilisé notre stratégie d’options pour contribuer à rééquilibrer le portefeuille en faveur de sociétés que nous préférons, en générant des revenus d’options d’environ 145 000 $. Au cours du mois, nous avons pu vendre des options de vente assorties d’une garantie en espèces hors du cours à un prix d’exercice qui offrait des possibilités d’augmenter, à des prix plus intéressants, la quantité de titres se trouvant déjà dans le Fonds, notamment GW Pharma (GWPH), Procter and Gamble (PG) et VFF. Nous continuons de vendre des options d’achat couvertes et des positions combinées couvertes sur des sociétés qui, à notre avis, se situent dans les limites à court terme de la fourchette et desquelles nous pourrions recevoir des primes supérieures à la moyenne. PLNT et Aphria (APHA) sont des exemples de sociétés ayant fait l’objet de telles opérations; les options d’achat couvertes sur APHA se sont révélées particulièrement lucratives.

Nous avons actuellement une fourchette pour APHA. Le 13 août, le titre d’APHA se négociait à 6,92 $ US, et nous avons vendu des options d’achat couvertes de 10 jours avec une expiration dynamique le 23 août à un niveau de volatilité de 69 % et à un prix d’exercice de 7,00 $ US, et nous avons obtenu un bénéfice de 0,25 $ US. Cela correspond à un rendement à l’exercice de 3,57 % pour 10 jours en circulation, ou l’équivalent de 131 % sur une année. Dans le cas d’une assignation, le seuil de rentabilité serait de 7,25 $ US, ou de 4,78 % supérieur au point de référence lorsque l’opération a eu lieu. APHA a publié ses résultats du deuxième trimestre le 1er août et la valeur de son titre a bien profité dans les nouvelles. Nous avons profité de cette occasion pour obtenir une hausse supplémentaire en vendant certaines options d’achat à prix élevé. Le 23 août, APHA a clôturé la séance hors du cours à 6,56 $ US; par conséquent, nous avons été en mesure d’offrir le contrat à terme et de vendre des options d’achat supplémentaires, profitant davantage du potentiel de hausse.

Charles Taerk et Douglas Waterson
Équipe du portefeuille

Fonds Ninepoint de Santé Alternative

 

Rendements Composés¹

1 MOIS ÀCJ 3 MOIS 6 MOIS 1 AN DÉBUT
FOND -5.7 6.3 -13.6 -15.2 -2.5 34.9
Indice -8.09 1.85 -13.28 -19.45 -19.05 14.45

1 Tous les rendements et les détails sur le Fonds a) font référence à la Série F; b) sont présentés après les frais; c) sont annualisés pour les périodes supérieures à un an; d) figurent au août 30, 2019. L’indice est composé à 70 % de l’indice Thomson Reuters Canada Health Care Total Return et à 30 % de l’indice Thomson Reuters United States Healthcare Total Return et est calculé par Ninepoint Partners LP selon les renseignements sur les indices publiquement accessibles.

Le Fonds Ninepoint de Santé Alternative (le « Fonds ») est habituellement exposé aux risques suivants. Consultez le prospectus du fonds pour obtenir une description de ces risques : risque lié au secteur du cannabis; risque de change; risque lié à la cybersécurité; risque lié aux produits dérivés; risque lié aux investissements étrangers; risque lié à l’inflation; risque du marché; risque de nature réglementaire; risque lié à la série; risque lié à l’émetteur; risque lié au sous-conseiller et risque fiscal.

Les opinions, les estimations et les prévisions (« l’information ») contenues dans la présente étude sont uniquement celles de Ninepoint Partners LP et sont modifiables sans préavis. Ninepoint Partners LP fait tous les efforts pour assurer que l’information est tirée de sources considérées fiables et exactes. Cependant, Ninepoint Partners LP n’assume aucune responsabilité quant aux pertes ou dommages directs ou indirects quelconques pouvant résulter de l’utilisation de cette information. Ninepoint Partners LP n’a aucune obligation de mettre à jour ou de maintenir à jour l’information contenue dans le présent document. Les destinataires ne doivent pas substituer l’information à leur propre jugement. Veuillez consulter votre conseiller professionnel relativement à votre situation particulière. Les opinions concernant une société, un titre, une industrie ou un secteur de marché en particulier ne se veulent pas une indication de la part de Ninepoint Partners LP de son intention de négocier ses fonds de placement. Toute mention d’une entreprise particulière est faite à titre indicatif seulement, et ne doit pas être considérée comme un conseil en matière de placement ou une recommandation d’achat ou de vente ni comme une indication de la façon qu’investissent ou investiront les portefeuilles des fonds d’investissement gérés par Ninepoint Partners LP. Ninepoint Partners LP ou ses sociétés affiliées peuvent être propriétaires bénéficiaires ou contrôler à titre bénéficiaire 1 % ou plus de n’importe quelle catégorie de titres de capitaux propres des émetteurs mentionnés dans la présente étude. Ninepoint Partners LP ou ses sociétés affiliées peuvent détenir une position vendeur de n’importe quelle catégorie de titres de capitaux propres des émetteurs mentionnés dans la présente étude. Au cours des précédents douze mois, Ninepoint Partners LP ou ses sociétés affiliées peuvent avoir reçu des émetteurs mentionnés dans la présente étude une rémunération pour d’autres raisons que les services normaux de conseils en matière de placement ou d’exécution d’opérations.

Partenaires Ninepoint LP : 1-866-299-9906 (sans frais). SERVICES AUX COURTIERS : CIBC Mellon GSSC Record Keeping Services: sans frais : 1.877.358.0540