Fonds d’opportunités de crédit alternatif Ninepoint

Pourquoi investir dans Fonds d’opportunités de crédit alternatif Ninepoint

  • Plus de possibilités de revenus : la stratégie comprend l’utilisation de titres hybrides (actions privilégiées, obligations convertibles, billets structurés, etc.) ainsi que la possibilité d’exercer un effet de levier sur les obligations de catégorie investissement 

  • Davantage de souplesse pour générer des rendements : une marge de manœuvre dans le choix des titres permet l’inclusion de titres sur mesure ainsi que de stratégies spéculatives, telles que le portage d’intérêts, la négociation active, la courbe de rendement, le positionnement sectoriel et la vente à découvert 

  • Une gestion active du risque : une utilisation d’outils de couverture pour protéger les investisseurs contre les risques de taux d’intérêt et de crédit

  • Un accès facile pour tous les investisseurs canadiens en tant que placement alternatif liquide.

 

Objectifs de placement

L’objectif de placement du Fonds d’opportunités de crédit alternatif Ninepoint est de procurer aux investisseurs un revenu et une plus-value du capital. Le Fonds visera à atteindre ses objectifs de placement en investissant principalement dans une combinaison de titres à revenu fixe canadiens, américains et internationaux en vue de réaliser des gains à court et à long terme.

Fonds d’opportunités de crédit alternatif Ninepoint

Q: Pourquoi proposer un fonds commun de placement alternatif liquide?
A: C’est une question de flexibilité et d’avoir plus d’outils dans la boîte à outils pour offrir plus de revenus aux investisseurs dans un environnement de faibles taux d’intérêt. Le format « stratégie liquide alternative » nous procure :

    • Des outils de couverture pour protéger les investisseurs contre les risques de taux d’intérêt et de crédit. Nous prévoyons que la sensibilité aux taux d’intérêt de ce Fonds restera très faible.
    • Davantage de possibilités de revenus, comme l’utilisation de l’effet de levier sur les obligations de la catégorie investissement et les placements dans une gamme diversifiée de titres hybrides.
    • Une utilisation plus active des titres : nous avons l’intention de déployer des titres moins liquides et sur mesure.
    • Des stratégies spéculatives, telles que le portage d’intérêts, la négociation active, la courbe de rendement, le positionnement sectoriel et la vente à découvert.

 

Constitution du portefeuille

 


Q: Quelles sont les principales différences entre ce Fonds et le Fonds d’obligations diversifiées Ninepoint?
A: L’équipe de gestion du portefeuille appliquera la même rigueur et le même style de placement que pour le Fonds d’obligations diversifiées Ninepoint. Le nouveau Fonds de revenu alternatif et d’occasions ressemblera davantage au Fonds opportunités de revenu de crédit Ninepoint, qui est essentiellement une stratégie de gestion alternative du crédit. En fait, comme on peut le voir dans le tableau ci-dessous, les caractéristiques et les profils de risque des deux fonds seront assez similaires. À l’exception de l’effet de levier, qui est limité à 3x, et de l’utilisation de titres illiquides, limitée à 10 % de la valeur liquidative, nous pensons que le Fonds de revenu alternatif et d’occasions et le Fonds opportunités de revenu de crédit Ninepoint peuvent afficher des rendements très comparables dans le temps.

Differences Between Div Bond Alternative Credit Opportunities Fund


Q: Quelle est l’expérience des gestionnaires avec ce type de stratégie?
A: Les membres de l’équipe de gestion du portefeuille ne gèrent pas de produits obligataires de type indiciel. Tout au long de leur carrière, ils ont toujours géré des stratégies très actives. Mark Wisniewski gère les stratégies de crédit chez Ninepoint depuis 2009, notamment le Fonds d’obligations diversifiées Ninepoint (2010) et le Fonds opportunités de revenu de crédit Ninepoint (2013). Compte tenu du parcours de l’équipe de gestion et des similitudes entre le Fonds opportunités de revenu de crédit Ninepoint et le nouveau Fonds de revenu alternatif et d’occasions, l’équipe a démontré qu’elle possède l’expérience et dispose du processus nécessaires pour gérer une telle stratégie.


 

 

Êtes-vous un investisseur accrédité?

L'investissement minimal est de 150 000 $ dans toutes les juridictions, à moins que vous ne correspondiez à la définition d'« investisseur accrédité » selon les critères établis dans le Règlement 45-106 sur les dispenses de prospectus et d'inscription.

Si vous correspondez à la définition d'« investisseur accrédité » (voir ci-dessous), vous pouvez investir un montant minimum de 25 000 $. Veuillez s.v.p. consulter la notice d'offre pour déterminer votre statut en ce qui a trait à la qualification. Il est recommandé aux conseillers en investissement de consulter les règlements internes de l'entreprise qui les emploie.

Les parts sont offertes aux investisseurs résidant en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à Terre-Neuve-et-Labrador, à l'Île-du-Prince-Édouard, dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut et au Yukon (les « territoires visés ») en vertu de dispenses de l'obligation d'établissement d'un prospectus et, s'il y a lieu, des obligations d'inscription en vertu des articles 2.3 (dispense d'investisseur qualifié) et 2.10 (dispense d'investissement d'une somme minimale) prévues à la Norme canadienne sur les dispenses de prospectus et d'inscription (« NC 45-106 »).

VEUILLEZ COCHER LA CASE DE LA CATÉGORIE QUI VOUS CONCERNE :

(a) une institution financière canadienne ou une banque de l'annexe III;
(b) la Banque de développement du Canada constituée sous le régime de la Loi sur la Banque de développement du Canada (Lois du Canada, 1995, ch. 28);
(c) une filiale d'une personne visée aux paragraphes a) ou b), dans la mesure où celle-ci détient la totalité des actions comportant droit de vote de la filiale, à l'exception de celles que détiennent les administrateurs de la filiale en vertu de la loi;
(d) une personne inscrite, en vertu de la législation en valeurs mobilières d'un territoire du Canada, à titre de conseiller ou de courtier, à l'exception d'une personne inscrite seulement à titre de « limited market dealer » en vertu de la Loi sur les valeurs mobilières (L.R.O., 1990, c. S.5) de l'Ontario ou du Securities Act (R.S.N.L. 1990, c. S-13) de Terre-Neuve-et-Labrador;
(e) une personne physique inscrite ou antérieurement inscrite en vertu de la législation en valeurs mobilières d'un territoire du Canada à titre de représentant d'une personne visée au paragraphe d);
(f) le gouvernement du Canada ou d'un territoire du Canada, ou une société d'État, un organisme public ou une entité en propriété exclusive du gouvernement du Canada ou d'un territoire du Canada;
(g) une municipalité, un office ou une commission publics au Canada une communauté métropolitaine, une commission scolaire, le Comité de gestion de la taxe scolaire de l'Île de Montréal ou une régie intermunicipale au Québec;
(h) tout gouvernement national, fédéral, d'un État, d'une province, d'un territoire ou toute administration municipale d'un pays étranger ou dans un pays étranger, ou tout organisme d'un tel gouvernement ou d'une telle administration;
(i) une caisse de retraite réglementée soit par le Bureau du surintendant des institutions financières du Canada, soit par une commission des régimes de retraite ou une autorité de réglementation similaire d'un territoire du Canada;
(j) une personne physique qui, à elle seule ou avec son conjoint, a la propriété véritable, directement ou indirectement, d'actifs financiers ayant une valeur de réalisation globale avant impôt de plus de 1 000 000 $, déduction faite des dettes correspondantes;
(k) une personne physique qui a eu un revenu net avant impôt de plus de 200 000 $ dans chacune des deux dernières années civiles ou qui a eu, avec son conjoint, un revenu net avant impôt de plus de 300 000 $ dans chacune des deux dernières années civiles et qui, dans un cas ou l'autre, s'attend raisonnablement à excéder ce revenu net dans l'année civile en cours;
(l) une personne physique qui, à elle seule ou avec son conjoint, a un actif net d'au moins 5 000 000 $;
(m) une personne, à l'exception d'une personne physique ou d'un fonds d'investissement, qui possède un actif net d'au moins 5 000 000 $ selon ses derniers états financiers;
(n) un fonds d'investissement qui place ou a placé ses titres exclusivement auprès des personnes suivantes :
  1. une personne qui est ou était un investisseur qualifié au moment du placement,
  2. une personne qui souscrit ou a souscrit des titres conformément aux conditions prévues aux articles 2.10 [investissement d'une somme minimale] et 2.19 [investissement additionnel dans un fonds d'investissement] de la norme canadienne 45-106, ou
  3. une personne visée aux sous-paragraphes (i) ou (ii) qui souscrit ou a souscrit des titres en vertu de l'article 2.18 [investissement dans un fonds d'investissement] de la norme canadienne 45-106;
(o) un fonds d'investissement qui place ou a placé ses titres au moyen d'un prospectus visé par un agent responsable dans un territoire du Canada ou, au Québec, par l'autorité en valeurs mobilières;
(p) une compagnie de fiducie ou une société de fiducie inscrite ou autorisée à exercer son activité, en vertu de la Loi sur les sociétés de fiducie et de prêt (Lois du Canada, 1991, ch. 45) ou d'une loi équivalente dans un territoire du Canada ou dans un territoire étranger, et agissant pour un compte entièrement géré par elle;
(q) une personne agissant pour un compte entièrement géré par elle si elle remplit les conditions suivantes :
  1. elle est inscrite ou autorisée à exercer l'activité de conseiller ou l'équivalent en vertu de la législation en valeurs mobilières d'un territoire du Canada ou en vertu de la législation en valeurs mobilières d'un territoire étranger, et
  2. en Ontario, elle souscrit des titres qui ne sont pas des titres d'un fonds d'investissement;
(r) un organisme de bienfaisance enregistré en vertu de la Loi de l'impôt sur le revenu (Canada) qui, à l'égard de l'opération visée, a obtenu les conseils d'un conseiller en matière d'admissibilité ou d'un conseiller inscrit en vertu de la législation du territoire de l'acquéreur pour donner des conseils sur les titres faisant l'objet de l'opération visée;
(s) une entité constituée dans un territoire étranger dont la forme et la fonction sont analogues à l'une des entités visées aux paragraphes a) à d) ou i);
(t) une personne à l'égard de laquelle tous ceux qui ont la propriété de droits, directe, indirecte ou véritable, à l'exception des titres comportant droit de vote que les administrateurs sont tenus de détenir en vertu de la loi, sont des investisseurs qualifiés;
(u) un fonds d'investissement qui est conseillé par un conseiller inscrit ou une personne dispensée d'inscription à titre de conseiller; ou
(v) une personne reconnue ou désignée par l'autorité en valeurs mobilières ou, sauf en Ontario et au Québec, par l'agent responsable comme, selon le cas,
  1. investisseur qualifié, ou
  2. « exempt purchaser » en Alberta ou en Colombie- Britannique après l'entrée en vigueur de la norme canadienne 45-106.
Acceptez Déclin